samedi 17 mars 2012

John LaFarge, peintre et maître-verrier

John Lafarge est né à New-York en 1835, de parents français. Il était donc parfaitement bilingue. Alors qu'il se destinait au droit, son intérêt pour l'art s'intensifia durant ses études universitaires. Il se rend à Paris en 1856 et travaille avec Thomas Couture (1815-1879), le peintre le plus célèbre de l'époque Napoléon III.


Portrait de John LaFarge dans sa jeunesse. 


Il rentre aux Etats-unis et continue sa formation. Il est un des premiers américains à s'intéresser à l'art japonais. Ses premières œuvres sont des paysages de Newport, dans l'état de Rhode Island.

Etude d'automne. Vue sur Hanging Rock, Newport
Huile sur toile, Vers 1860.


Bourrasque de Vent du Nord, Newport. Huile 
sur panneau, 1859.


Entre 1859 et 1870, il illustre des livres d'Alfred Tennyson et Robert Browning. il se marie en 1860. De cette union naquirent trois fils. En 1877, il peint des fresques pour l'Eglise de la Trinité à Boston qui venait d'être construite par l'architecte Henry Hobson Richardson (1838-1886) en style néo-roman. LaFarge dessine aussi ses premiers vitraux à cette occasion.

Henri Hobson Richardson. Eglise de la Trinité, 
Boston. 1872-1877.


Intérieur de l'Eglise de la Trinité, Boston.


Tout au long de sa vie, Lafarge continuera a peindre des tableaux de chevalet malgré ses occupations de décorateur dans de nombreuses églises. Il sera aussi un très grand aquarelliste comme le montre les natures mortes qu'il a laissées.

L'Age d'Or. Huile sur toile, 1878.


La Sortie d'Egypte. Huile sur toile.


Fleur de Magnolia. Aquarelle.


Nénuphar. Aquarelle.


Mais John Lafarge est surtout connu pour son œuvre de verrier qui a fait évoluer la technique du vitrail en utilisant des verres opalescents et en travaillant avec des verres à plusieurs couches.

Les Fruits du Commerce. 1881.


Virgile et Homère. 1882.



En 1886, John Lafarge se rend au Japon. Il ramène un série de magnifiques aquarelles de certains site du pays.

Le Grand Bouddha de Kamakura. Aquarelle, 1886.


Lafarge sera durablement influencé par l'art oriental et principalement l'art nippon, comme le montre le tableau Un Rishi calmant la Tempête ou le vitrail Pivoines courbées dans le vent.

Un Rishi calmant la Tempête. Folklore japonais
Huile sur toile, 1897.


Pivoines courbées dans le Vent. Vitrail, 1886.


Paons et Rosiers. Vitrail.


Il est tout autant influencé par les grands maîtres de la Renaissance comme Giovanni Bellini ou Cosmé Tura dans cette Allégorie de la Prudence (1886).


Une autre influence très sensible est celle du Préraphaélisme comme chez la majeur partie des artistes anglais et américains de cette période. Cette influence est particulièrement sensible dans la figure assise à droite de la Tristesse (Sorrow) dans L'Ange du Secours (1886).


En 1888, il peint le tableau du maître-autel de l'Eglise de l'Assomption à New-York construite par Richard Upjohn (1802-1878) entre 1839 et 1841 en style néo-gothique.

Richard Upjohn. Eglise de l'Assomption, 
New-York. 1839-1841.


Intérieur de l'Eglise de l'Assomption. 
Au fond la toile de John Lafarge, L'Assomption 
de la Vierge, marouflée sur le mur (1888).


Dans les années 1888-1890, il élabore de nombreux vitraux, aussi bien religieux que pour des institutions ou des particuliers. Son style devient plus libre, ses personnages moins statiques. Les vitraux de cette période annoncent incontestablement l'Art Nouveau.

L'Ange du Miracle à la Piscine de Bethesda. 1888.


Confiance et Espérance. Vitrail, 1890.


Entre 1890 et 1891, il fait un long voyage dans les Mers du Sud accompagné du journaliste et historien Henry Adams (1838-1918) dont l'épouse s'était suicidée quelques années auparavant et qui depuis, menait une existence de globe-trotter. Il sera particulièrement sensible à Tahiti et ressentira une réelle sympathie pour les indigènes des îles du Pacifique. Il en rapportera une magnifique série d'aquarelles.

Vue de Ceylan près de Dambula, sur les rizières
Aquarelle, 1890.


Le Cratère du Kilauea à Hawaï. Aquarelle, 1890.


Jeunes filles préparant le Kava devant la Hutte 
décorée de fleursAquarelle, 1891.


Jeunes Filles portant un Canoé. Aquarelle, 1891.


Portraits de Jeunes Filles. Aquarelle, 1891.


A son retour, il reprend son travail sur le vitrail et dessine Cornelia mère des Graques (1891).


A partir des années 1900, le travail de John LaFarge propose une synthèse harmonieuse entre le Préraphaélisme et l'Art Nouveau.

Printemps. Vitrail, 1901.


Bienvenue. Vitrail, 1909.


L'Aurore. Dessin, 1909.


Homme de grande culture tant littéraire qu'artistique, qui parlait de nombreuses langues aussi bien vivantes qu'anciennes, John LaFarge a eu une grande influence sur ses contemporains.

Autoportrait. Huile sur toile. Vers 1890.


Portrait de John LaFarge en 1902.


John LaFarge était très sensible à toute forme de spiritualité et il s'intéressa de très près au Bouddhisme. Il resta cependant attaché au catholicisme.

Kwannon méditant sur la vie humaine
Huile sur toile, 1908.


John LaFarge mourût en 1910 à New-York.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire