dimanche 25 mars 2012

Destins parallèles : Franz Marc et Rudi Stephan

Franz Marc et Rudi Stephan sont deux artistes allemands. L'un est peintre, l'autre compositeur. Ils sont nés tous les deux dans la décennie 80 du XIXème siècle, Franz Marc en 1880, Rudi Stephan en 1888. Ils sont tous les deux originaires d'Allemagne du Sud, Franz Marc de Munich, Rudi Stephan de Worms. Tous les deux mourront tués au combat, Franz Marc à côté de Verdun en 1916 et Rudi Stephan à Tarnopol sur le front de Galicie en 1915.
Franz Moritz Wilhelm Marc est le fils d'un peintre. Il rentre aux Beaux-Arts de Munich, mais l'enseignement traditionaliste ne le satisfait guère, il quitte rapidement l'institution. Il rencontre des peintre animaliers et commence à peindre des animaux vers 1905. En 1907, il est à Paris, où il découvre Van Gogh et Gauguin. Sa palette s'enrichit de ton plus clairs.


Jeunes Poulains. Huile sur toile, 1909.



Photographies de Franz Marc.



En 1909, il rencontre August Macke (1887-1914) qui va l'influencer durablement. Bien que Macke soit plus jeune que Marc, il a une maturité très grande. C'est lui qui fait connaître le Fauvisme à Marc et lui donne le goût des couleurs franches.

August Macke. Autoportrait. Huile sur toile, 1906.


Photographie de August Macke. Date inconnue.


Photographie de August Macke. 1908.


Autoportrait. Huile sur toile, 1909.


Auguste Macke. La Femme de l'artiste avec un chapeau
Huile sur toile, 1909.



Chez Marc, comme chez la majorité des artistes de l'époque (et pas seulement des peintres, voir Skriabine), les couleurs ont des valeurs symboliques. En ce sens, on peut dire que, Marc comme Macke, malgré leur volonté de rupture, sont des héritiers du Symbolisme
En 1910, Marc s'installe près de Dachau, ville qui, à l'époque, abritait de nombreux artistes. C'est cette année-la que Macke peint son portrait.


August Macke. Portrait de Franz Marc
Huile sur toile, 1910.




Pendant l'année 1910, Marc est très influencé par Matisse, mais aussi par Cézanne, comme le montre ses nues. Il ne rompt pas, pour autant, avec un certain réalisme, une fidélité de la représentation à la réalité perçue.


Baigneuses. Huile sur toile, 1910.




Nue avec un chat. Huile sur toile, 1910.




En 1911, Kandinsky, Macke et Marc crée Der Blaue Reiter (le Cavalier Bleu). Marc rompt avec l'utilisation naturaliste des couleurs. Il commence ses séries de chevaux aux couleurs éblouissantes, rejoignant ainsi l'Expressionnisme du mouvement Die Brücke, de quelques années antérieures. Une différence, cependant saute aux yeux, c'est l'allégresse qui transparait dans les œuvres des peintres du Cavalier Bleu par rapport au caractère souvent oppressant du mouvement Die Brücke


Chevaux rouges. Huile sur toile, 1911.



Chevreuils dans la neige. Huile sur toile, 1911.


Grands chevaux bleus. Huile sur toile, 1911.


Petits chevaux jaunes. Huile sur toile, 1911. 



Chevaux au repos. Gravure sur bois, 1911-1912.




De 1912 à 1914, August Macke et Franz Marc sont artistiquement très proche, notamment dans la représentation humaine. 


Franz Marc. Le bûcheron. Huile sur toile, 1911.




August Macke. Jardin de restaurant. Huile sur toile, 1912.




Pour reprendre la comparaison entre Der Blaue Reiter et Die Brücke, on peut rapprocher deux tableaux ayant le même sujet et peint la même année, l'un de Ernst-Ludwig Kirchner (1880-1938) et l'autre de August Macke.


Ernst-Ludwig Kirchner. Scène de rue à Berlin. 
Huile sur toile, 1913.




August Macke. Magasin de Mode. Huile sur toile, 1913.




C'est entre 1912 et 1913 que Franz Marc peint ses tableaux les plus connus. Sa peinture qui place les animaux dans une sorte de paradis antérieur à la venue de l'homme correspond à une composante essentielle de la culture allemande depuis le Romantisme : l'attachement à la nature. En cela, l'idée de nature est profondément différente en France et en Allemagne. La France, en héritière de Descartes, considère l'homme comme maître et possesseur de la nature alors que pour la culture allemande, l'homme en est partie intégrante. C'est la différence entre le Mitwelt (être avec le monde) et l'Umwelt (être dans le monde).
L'idée de nature que véhicule Marc est, en fait, une idée assez passéiste d'harmonie originelle entre l'homme et la Création qui nous ramène aux représentations du Paradis chez Savery ou Bruegel de Velours au début du XVIIème siècle. C'est le traitement pictural du thème qui en fait tout l'intérêt.


Cheval rouge. Huile sur toile, 1912.



Grands Chevreuils rouges. Huiles sur toile, 1912.


Le Tigre. Huile sur toile, 1912.


Dans la pluie. Huile sur toile, 1912.


La Chute d'eau. Huile sur toile, 1912.


Le Singe. Huile sur toile, 1912.


Le Rêve. Huile sur toile, 1912.


Réconciliation. Gravure sur bois, 1912. 



On peut voir que le style de Marc a évolué très vite. En moins d'un an, il passe du Fauvisme au Cubisme. Petit à petit les animaux deviennent davantage un prétexte à des constructions colorées plutôt qu'à une exaltation panthéiste de la nature. Une certaine inquiétude se fait jour dans la peinture de Marc comme dans son grand tableau Le Destin des Animaux où les bêtes de la forêt semblent dans l'attente d'une catastrophe.


Le Destin des Animaux. Huile sur toile, 1913.




Tour de Chevaux bleus. Huile sur toile, 1913.




Trois Chats. Huile sur toile, 1913.



Entre 1913 et 1914, Marc s'oriente petit à petit vers l'Abstraction, sans doute sous l'influence de Kandinsky qui a choisi cette voie. Si certaines toiles comme Tyrol ont encore une trame narrative, les derniers tableaux du peintre ne portent plus que les titres abstraits comme Composition.

Chevreuils dans la forêt. Huile sur toile, 1914.


Animaux dans un paysage. Huile sur toile, 1914.


Tyrol. Huile sur toile, 1914.


Création II. Gravure sur bois, 1914.


Composition. Huile sur toile, 1914.


Formes combattantes. Huile sur toile, 1914.


Lors du déclenchement de la Guerre de 14, Franz Marc s'engage, alors que son ami August Macke est mobilisé. Macke est tué dès septembre 1914 en Champagne. Franz Marc dessine dans ses carnets sur le front. Il est, à son tour, tué sur le front en 1916, non loin de Verdun.
Rudi Stephan est né dans une famille très aisée de Hesse, le père faisant partie de la haute administration du Grand Duché.

Photographie de la famille de Rudi Stephan.


Il étudie la musique d'abord au conservatoire de Francfort, puis au conservatoire de Munich. Ses professeurs sont essentiellement des post-romantiques dans la lignée de Brahms. Lui-même se fait une formation autodidacte en s'intéressant d'abord à Mahler et Max Reger puis à Stravinsky ou Bartok.

Photographies de Rudi Stephan.




Son catalogue est relativement réduit, ce qui est normal compte-tenu du fait qu'il est mort à 27 ans au front. Il a écrit de nombreux lieder, dont Liebeszauber (Enchantement d'Amour) pour baryton et orchestre, de la musique symphonique (Musique pour orchestre I et II) et un opéra, Die Ersten Menschen (Les Premiers Hommes). Si la guerre n'avait pas stoppé sa carrière, il est évident que Rudi Stephan serait devenu un compositeur de premier plan, tant ce qui nous reste montre un génie précoce.

Musique pour Orchestre. Deutsches Symphonie-Orchester.
Direction, Hans Zender.



Liebeszauber. Dietrich Fischer-Diskau. Deutsches 
Symphonie-Orchester. Direction, Hans Zender.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire