lundi 12 mars 2012

Akseli Gallen-Kallela et Magnus Enckell

Vous avez toujours été un sphynx pour moi. Les premières choses que j'ai vues de vous ont été un puissant stimulant pour moi, pour être moi-même capable de faire de l'Art véritable. Souvent j'ai voulu vous le dire mais je n'y suis jamais parvenu : pour quelle raison ? Cela reste un mystère. Vous devez l'avoir senti sans que cela ait jamais été dit. Cette longue citation est l'extrait d'une lettre que le peintre finlandais Akseli Gallen-Kallela envoya à un autre peintre finlandais Magnus Enckell.
Les deux peintres représentent bien la tension qui anime la Finlande à cette époque charnière de son histoire Après voir été sous la tutelle suédoise, elle est devenue Grand Duché en 1812 sous la férule russe. Le régime tsariste a, bien entendu, cherché a briser toute velléité de culture nationale. C'est Alexandre II, le Tsar Libérateur, qui va permettre l'émergence d'une culture nationale, passant en grande partie par la langue. Malheureusement, son successeur Alexandre III ne sera pas aussi compréhensif. 
C'est en guise de protestation contre l'oppression russe que le compositeur Jean Sibelius (1865-1957) compose Finlandia en 1899. Finlandia fait partie d'une suite de six pièces mais c'est la seule qui ait obtenue une telle célébrité. Les finlandais la considèrent comme leur second hymne national.


Akseli Gallen-Kallela. Symposium. Huile sur toile, 1894. 
De gauche à droite, le peintre, le compositeur Oskar
Merikanto très fatigué, le compositeur 
Robert Kajanus et Jean Sibelius.



Jean Sibelius. Finlandia. Orchestre symphonique de la radio
finlandaise. Sakari Oramo, 2005.




La Russie traversant des difficultés importantes sous Nicolas II (perte de la Guerre Russo-Japonaise de 1904-1905, Révolution de 1905), il octroie de nombreuses libertés à la Finlande en 1906 (notamment le vote des femmes), mais il faut la Révolution Bolchevique pour que la Finlande accède à l'indépendance en 1917, reconnue par le gouvernement soviétique en 1918.
Les dates montrent bien que pour la Finlande, le mouvement symboliste et l'Art Nouveau se conjuguent à un combat pour la liberté.
Tout ceci va se décliner en deux positions pour les artistes : soit un nationalisme se fondant sur la tradition et notamment sur les légendes du Kalevala comme le fait Gallen-Kallela, soit une vision plus internationaliste de la peinture se fondant sur un symbolisme à visée plus générale et c'est le cas de Enckell.
Magnus Enckell est né à Hamina en 1870. Hamina est une petite ville du sud-est de la Finlande, très proche de la frontière avec la Russie et de la Carélie, cette province historiquement finlandaise récupérer par la Russie lors du traité de 1947. Il étudie la peinture à Helsinki en 1890-1891 puis fait son premier séjour en France en 1891. Comme la majorité des peintres de l'époque, il est alors influencé par Puvis de Chavannes.


Photographie de Magnus Enckell en 1904.


Dès ses premiers tableaux apparait la figure centrale du jeune garçon androgyne. Qu'il soit seul ou qu'il y ait plusieurs protagonistes, les personnages ne communiquent pas. Ils poursuivent chacun leur méditation sans un sourire. Les figures, anatomiquement magnifiques, sont peintes dans des tons sourds, hérités, à l'évidence de Puvis.

Deux Garçons. Huile sur toile, 1892.


Méditations. Huile sur toile, 1892.


Garçon avec un crâne. Huile sur toile, 1893.


Cette version personnelle d'Hamlet a été modifiée par l'artiste. A l'origine, un autre garçon nu couché regardait aussi le crâne.
Comme tant d'artiste symboliste, il est intéressé par l'ésotérisme et lors de son second séjour à Paris en 1894, il va être très attiré par les idées du Sar Péladan, et plus spécifiquement par son Androgyne, qui venait d'être publié. Enckell, dans ses lettres, exprime son affinité pour le personnage d'Antinoüs, le favori de l'empereur Hadrien.


Antinoüs. Marbre, I-IIème siècle après J-C.



L'androgynie est pour Enckell le symbole de la recherche de son être profond. A cette période, Enckell vit mal son homosexualité et ses œuvres reflètent la quête de son identité comme dans le tableau, L'Eveil.


L'Eveil. Huile sur toile, 1894.


Certaines toiles prennent pour thème des personnages mythologiques au travers desquels la quête d'identité est palpable. Sa palette reste attachée au tons sourds, presque terreux. Dans le tableau baptisé Fantaisie, il reprend le personnage d'Orphée, un des must du symbolisme. Il y a un détail particulièrement intéressant dans cette toile, ce sont les cygnes noirs. Dans le Kalevala, le héros Lemminkaïnen doit tuer le cygne de la rivière Tuonela, qui est le séjour des morts. Il est tué par un berger et c'est sa mère qui le réanimera. A mon avis Enckell a mêlé mythologie finnoise et mythologie grecque.

Fantaisie. Huile sur toile, 1895.


Le Culte de Vénus, nous montre un personnage androgyne vêtu d'une sorte de suaire blanc qui fait face à une statue de Vénus. Dans cette aquarelle l'influence d'Arnold Böcklin (1827-1901) est patente. Böcklin était considéré par tous les peintres de l'Europe du nord comme un maître.

Arnold Böcklin. Le Bois Sacré. Huile sur toile, 1880.


Arnold Böcklin. L'Ile des Morts. Huile sur toile, 
version de 1886.


Le Culte de Vénus. Aquarelle, 1895.



En 1894 -1895, il séjourne en Italie. Il en revient avec un palette plus riche et colorée et qui s'éclairera tout au long de sa carrière. Ses interrogations se transforme petit à petit comme une exaltation panthéiste de la beauté de l'homme. La lecture de Nietzsche le confortera dans cette voie. Le personnage du faune lui permettra d'exprimer cette union harmonieuse entre la nature et l'homme. On voit aussi apparaître des scènes de genre.

Narcisse. Huile sur toile, 1896-1897.



Ecole élémentaire. Huile sur toile, 1899.




En 1905, on lui commande une grande fresque ayant pour sujet la Résurrection pour le maître-autel de la Cathédrale de Tampere. Tampere est une ville du centre de la Finlande à environ 150 km au nord d'Helsinki. C'est l'architecte Lars Sonck (1870-1956), représentant du style romantique national (une sorte de néo-médiéval modernisé et assez lourd), qui construit l'Eglise St-Jean (devenue cathédrale en 1923) entre 1902 et 1907. 


Lars Sonck. Cathédrale de Tampere, 1902-1907.





Pour sa fresque, Enckell rompt avec la tradition de représentation de la Résurrection, anges et tambours obligés, en peignant une sorte de promenade sur une colline qui domine au loin la mer. Tous les peuples sont réunis. Sur la gauche, les élus sortent d'une anfractuosité du rocher comme s'ils venaient de visiter une grotte. C'est une vision très païenne de la résurrection.


Esquisse pour la Résurrection. Aquarelle, 1906.



L'œuvre mesure 10 m de long pour 4 m de haut et frappe par la douceur des couleurs. L'influence de Puvis de Chavannes est toujours présente.

Résurrection, Tampere. Fresque, 1906-1907.



Un détail au centre de la fresque a fait couler beaucoup d'encre. Il s'agit de deux hommes qui se tiennent par la main dans la partie droite du tableau. Faut-il y voir un symbole de fraternité ou une affirmation de la sexualité de Enckell ? L'artiste n'a donné aucune indication.


Le Vitrail de la Croix qui surmonte la Résurrection a aussi été dessiné par Magnus Enckell.


De la même année 1907, cette belle étude de nu masculin montre bien l'évolution de Enckell avec une plus grande fermeté dans le dessin et surtout un sujet qui semble décidé et agit au lieu de méditer.



A partir de 1909-1910, les tableaux de Enckell deviennent des orgies de couleur un peu à la manière de Munch mais sans l'angoisse inhérente au peintre norvégien, même si en 1904, il a exécuté ses Hommes au bain, tout vibrant de soleil. Ses jeunes gens, toujours magnifiques, vivent dans une espèce d'Arcadie. On passe de l'enfermement dans une pièce ou dans l'obscurité nocturne au plein soleil. La nudité constante évoque ce qui se passait à l'époque à Monte Verita en Suisse et le vitalisme qui animait les participants. A la même période le peintre danois Jens Ferdinand Willumsen (1863-1958), représente aussi des Arcadies maritimes. En même temps, on voit apparaître dans la peinture de Enckell, des portraits de femme bien ancrées dans leur époque.

Edvard Munch. Hommes au bain. huile sur toile, 1904.




Jens Ferdinand Willumsen. Enfants se baignant sur la plage.
Soleil et Jeunesse. huile sur toile, 1909.




Magnus Enckell. Garçons sur la plage. Huile sur toile, 1910.




Vents. Huile sur toile. Vers 1910.
Une interprétation libre du mythe d'Icare.




Jeune Fille lisant. Huile sur toile, 1912.




Portrait de Emmy Frosterus. Huile sur toile, 1909.




Le Preneur de cygnes. Huile sur toile, 1912.
Il s'agit peut-être d'une interprétation libre 
du mythe de Lemminkaïnen.




En 1912, il crée avec deux autres peintres Verner Thomé (1878-1953) et Ellen Thesleff(1869-1954) le Groupe Septem qui réunit des peintres ayant les mêmes affinités esthétiques. Son style semble influencé par les mouvements allemand comme Die Brücke ou Der Blau Reiter.


Ellen Thesleff. La Violoniste. Huile sur toile, 1899.




Ellen Thesleff. Jeunes Filles dans un Pré
Huile sur toile, 1909.




Verner Thomé. Enfants jouant. Huile sur toile, 1909.



Magnus Enckell. Nu assis. Dessin, 1913.




Faune. Huile sur toile, 1914.




Adonis. Huile sur toile, 1915.




Etude pour le Jeune Homme.




Jeune Homme. Huile sur toile, 1916.




L'Age d'Or. Huile sur toile. 1917.




Nu au bord de la mer. Huile sur toile, 1917.




Pendant cette période il fait de nombreuses expositions à Helsinki, mais aussi à Paris et Bruxelles. En 1922, Magnus Enckell est élu à l'Académie des Beaux-Arts de Finlande.


Diane et Endimyon. Huile sur toile, 1921.




Il meurt à Stockholm en 1925, à seulement 55 ans. Ses funérailles sont un évènement national. Il est enterré dans sa ville natale.
La démarche esthétique d'Akseli Gallen-Kallela est fondamentalement différente, puisque l'artiste puise dans le folklore finnois. En réalité, c'est un folklore reconstitué puisque le Kalevala qui est la référence de Gallen-Kallela comme de Sibelius ne date que du XIXème siècle.
C'est en effet le médecin Elias Lönnrot (1802-1884) qui a parcouru la Finlande pour recueillir les légendes et les fables transmises oralement dans les populations. La première édition du Kalevala paraît en 1836 et la seconde édition, considérablement augmentée paraît en 1849.
Akseli Gallen-Kallela est né en 1865 à Pori, une ville sur le golfe de Botnie à 250 km d'Helsinki. De son vrai nom Axel Waldemar Gallen, il est issu d'une famille suédophone. Orphelin de père à un jeune âge, il se passionne très vite pour la Finlande et s'oppose à sa mère adepte du Scandinavisme. Cette théorie soutenait que la culture avait été apportés en Finlande par les peuples scandinaves, considérant donc les peuples finnois d'origine comme inférieurs. Le jeune Axel se passionne pour le Kalevala.
A partir de 1881, il abandonne ses études aux lycée et commence à travailler sérieusement les beaux-arts. Il gagne sa vie en faisant des illustrations. Ses premières œuvres sont marquées par le réalisme qui prédominait dans la peinture scandinave de l'époque. Il pratique aussi le paysage qui sera une constante tout au long de sa vie.


Vieille femme et son chat. Huile sur toile, 1885.



Les chûtes d'Imatra. Huile sur toile, 1885.



Entre 1884 et 1889, il est à Paris et suit notamment les cours de l'Académie Julian. Il mène la vie de la bohème montmartroise et fréquente August Strindberg (1849-1912), Edvard Munch ou Bjœrnstjerne Bjœrnson (1832-1910). Il exécute alors quelques portraits et quelques scènes de genre. sa palette s'est considérablement éclaircie et est influencée par l'impressionnisme.


Démasquée. Huile sur toile, 1888.


Parisienne. Huile sur toile, 1888.


Il rentre en Finlande et se marie en 1889. L'année suivante, il représente sa femme assise sur un pont au soleil couchant, dans un petit panneau aux couleurs presque expressionnistes.


Marie Gallen sur le pont de Kuhmoniemi
Huile sur bois, 1890.


C'est dans cette période qu'il peint sa première œuvre importante, La légende de Aino. Le triptyque, de très grande taille, présente trois épisodes de cette légende tirée du Kalevala qui met en scène le barde et magicien Väinämöinen qui est tombé amoureux de la belle Aino. Comme toujours dans le Kalevala, cela finira très mal avec le suicide de Aino. A Paris, en 1889, Gallen avait fait une première version, ou plutôt une esquisse consacrée au personnage d'Aino.


Aino. Huile sur toile, 1889.


Dans cette version, le paysage est à peine esquissé. Lorsqu'il effectue son voyage de noces en Carélie, le peintre tombe sous le charme des paysages de cette région. Les paysages de la Carélie sont, en fait, le sujet principal du triptyque.

L'Histoire d'Aino. Huile sur toile, 1891.


Le cadre a été dessiné par Gallen lui-même selon une habitude qu'avait un certain nombre de peintres de l'époque comme Willumsen ou Max Klinger. Il utilise des éléments de l'architecture des fermes caréliennes. Sur les deux pilastres qui séparent les épisodes, le peintre a noté le texte de la légende.
Il peint aussi des paysages des environs d'Helsinki et bien entendue de la Carélie comme dans Le Grand Pic Noir.


Vue depuis le quai nord. Huile sur toile, 1891.



Le Grand Pic Noir. Huile sur toile, 1892-1894.


A la même période il est aussi un portraitiste apprécie de la société finlandaise comme l'atteste ce portrait de l'actrice Ida Aalberg. Les teintes sourdes, le pathétisme de la pose et le regard perdu dans les lointains font songer aux portraits de Munch à la même période.

Portrait d'Ida Aalberg. Huile sur toile, 1893.


En 1894 et 1895, Gallen fait des voyages d'étude à Paris et Berlin. Il est membre du Parti Jeune Finlande qui réunit, entre autre, des artistes comme Sibelius, et qui prône non seulement l'indépendance du pays mais aussi une exaltation des traditions nationales à travers les arts. C'est le Romantisme Nationale. C'est à cette époque qu'il se fait construire un atelier en style national à Ruovesi au nord de Tampere baptisé Kalela. Il y passera beaucoup de temps avec sa famille jusque dans les années 20.

L'atelier Kalela à Ruovesi, 1894-1895.


Photographie de Akseli Gallen-Kallela, vers 1895.


C'est l'époque où il va commencer ses grandes œuvres illustrant le Kalevala. En 1893, il peint Le Forgeage du Sampo. Le Sampo est un objet magique qui a été forgé par Seppo Ilmarinen, l'équivalent de Vulcain, et qui assure la fortune de celui qui le possède.

Le Forgeage du Sampo. Huile sur toile, 1893.


Une grande parti de son œuvre mythologique est réalisé à la tempéra. Cette technique donne une plus grande monumentalité à ses personnages et une saveur plus archaïque, plus populaire (au sens noble du terme). C'est ainsi que La Défense du Sampo, que domine le magicien Väinämöinen avec ses cheveux et sa barbe blanche, fait songer à une illustration épique médiévale.

La Défense du Sampo. Tempéra sur panneau, 1896.


A la même période, l'artiste peint une petite œuvre à mi-chemin entre la caricature et la confession, Confessio Artis. Nul doute que le sphynx personnalise le mystère de l'inspiration.

Confessio Artis. Huile sur toile, 1894.


En 1897, il peint le tableau qui l'a rendu universellement célèbre, La Mère de Lemminkaïnen. Dans le Kalevala, Leminkaïnen est un jeune guerrier un peu hâbleur qui courtise toutes le filles de la région. Pour obtenir la main de la fille de Pohjola (un lieu mythique récurrent dans le poème), il doit réussir trois exploits. le dernier étant de chasser le cygne qui se trouve sur la rivière Tuonela, la rivière des Enfers. Il est tué par un berger et son corps découpé en morceaux. C'est la mère de Lemminkaïnen qui recoud les morceaux du corps et grâce à ses prières et une goutte de miel provenant du Ciel, parvient à le ressusciter. C'est ce dernier épisode que représente le tableau de Gallen.

La Mère de Lemminkaïnen. Tempéra sur toile, 1897.


Durant les même années, Sibelius compose une suite de quatre pièces sur le même sujet, Lemminkaïnen op. 22. La pièce la plus célèbre, à juste titre, est Le Cygne de Tuonela, dans lequel la mélopée nostalgique du cor anglais représente l'animal des enfers. La première eut lieu à Helsinki en 1896.

Jean Sibelius. Le Cygne de Tuonela. Orchestre symphonique
 de Göteborg, direction Neeme Jarvi, 1985.


En 1906, Sibelius reviendra au mythe de Lemminkaïnen avec La Fille de Pohjola op. 49, celle par laquelle le héros meurt puis ressuscite. 

Jean Sibelius. La Fille de Pohjola op. 49. Orchestre symphonique de la radio danoise, direction Leif Segerstam.


La même année, Gallen peint un autre épisode du Kalevala. La Revanche de Joukahainen. Cette partie du poème est reliée à l'épisode de Aino, qui est la sœur de Jukahainen. Jukahainen est un jeune barde et magicien qui décide de défier Väinämöinen. Celui-ci, infiniment trop fort pour le jeune blanc-bec, l'atomise littéralement. Pour avoir la vie sauve, Joukahainen promet au vieux sorcier la main de sa sœur. Celle-ci n'ayant pas du tout envie de partager la couche d'un vieux débris, fut il un grand sorcier, préfère se noyer dans un lac et devenir une nymphe. Joukahainen décide de venger la mort de sa sœur (et la correction qu'il a reçu) et blesse d'un carreau d'arbalète la monture de Väinämöinen qui tombe dans l'eau. C'est l'épisode que retrace le tableau de Gallen. Par la suite le vieux sorcier est sauvé in extremis par un aigle qui le dépose sur la rive de Pohjola.

La Vengeance de Joukahainen. Tempera sur toile, 1897.


Gallen utilise aussi une autre source issue d'Elias Lönnrot, Kanteletar, publiée d'abord en 1840 en deux livres, puis en 1887 dans une édition augmentée en trois livres. C'est un recueil de vieilles chansons et de balades du peuple finnois. C'est une de ces ballades qu'illustre Gallen dans Le Fratricide, au style particulièrement médiévalisant.

Le Fratricide. Tempéra sur toile, 1897.


Même si gallen est très impliqué dans la défense de la culture finnoise, il continue à peindre des paysages ou des scènes campagnardes. Il grave aussi son portrait, la mine sévère et décidée, regardant au delà du spectateur, peut-être l'avaenir de la Finlande.

Paysage à Kuhmo. Huile sur toile, 1897.


Le Garçon et la Vache. Huile sur toile, 1897.


Autoportrait. Eau-forte, 1897.


En 1899, Gallen peint un autre de ses tableaux parmi les plus connus, Les Malédictions de Kullervo. Dans le Kalevala, Kullervo est un guerrier et un magicien au caractère indomptable. Au retour d'une expédition, il viole une jeune fille qui est en réalité sa sœur. En l'apprenant, il massacre sa famille puis se suicide avec son épée magique. Comme on le voit, le Kalevala ne fait jamais dans la dentelle. 
L'épisode qu'a choisi Gallen est celui où, Kullervo qui a été vendu comme esclave à la femme d'Ilmarinen, casse son couteau sur une pierre contenue dans la miche de pain donnée par sa maîtresse. Pris d'une crise de fureur, il professe des malédictions et transforme les vaches qu'il doit garder en ours. Lorsque la femme d'Ilmarinen vient traire les vaches, elle est dévorée.

Les Malédictions de Kullervo. Huile sur toile, 1899.


En 1892, Sibelius compose son grand poème symphonique en 5 parties, Kullervo op. 7. pour mezzo-soprano, baryton, chœur d'hommes et orchestre. C'est l'œuvre la plus longue de Sibelius (1 h 15 environ). A sa création, elle eut un grand succès, mais Sibelius la rejeta ensuite. Elle ne fut jouée intégralement de nouveau, qu'à partir de 1958, après la mort du compositeur.

Jean  Sibelius. Kullervo. V, La Mort de Kullervo.
Mezzo : Lili Paasikivi. Baryton : Raimo Laukka. 
Orchestre symphonique de Lahti, direction Osmo Vänska.


En 1900, Gallen peint les fresques du Pavillon Finlandais de l'Exposition Universelle de Paris. Il représente notamment un épisode du Kalevala où le forgeron Ilmarinen laboure le champs aux vipères. Une des vipères portent alors la couronne des Romanov.

Etude pour le fresque Ilmarinen laboure le champs aux
vipères. Aquarelle, 1899.


L'Exposition Universelle de Paris, lui vaut une gloire internationale. En 1901, il est chargé de peindre la fresque Le départ de Kullervo pour la Guerre dans la salle de concert de l'Union des Etudiants d'Helsinki.


Il peint ensuite des fresques dans le Mausolée Juselius à Pori entre 1901 et 1903. Malheureusement, après avoir été abimées par l'humidité, elles seront anéanties par un incendie  en 1931. Il en reste des études préalables.

Au bord de la Rivière Tuonela. Etude pour une fresque 
du Mausolée Juselius. Tempéra sur toile, 1903.


En 1905, il peint un de ses paysages les plus célèbres, une vue du Lac Keitele situé en Finlande centrale à environ 300 km au nord d'Helsinki.

Le Lac Keitele. Huile sur toile, 1905.


En 1906, Gallen accueille chez lui Maxime Gorki qui à fuit la répression tsariste en Russie. C'est à cette occasion que le peintre fait le portrait de l'écrivain.


Il peint aussi un magnifique paysage de neige d'où toute vie est absente sauf les traces d'un animal au premier rang. C'est une rhétorique symboliste souvent utilisée que de représenter la vie par une de ses manifestations silencieuses. On peut supposer que Le Groupe des Sept en Amérique du Nord a subi aussi l'influence d'une telle œuvre.

Le Repère du Lynx. Huile sur toile, 1906.


Pour autant, Gallen continue à illustrer le Kalevala comme le montre Le Départ de Vänämaöinen. Cette scène correspond au moment ou le barde qui a redonné sa force au Sampo quitte définitivement la Finlande.

Le Départ de Vänämöinen. Tempéra sur toile, 1896-1906.


C'est en 1907 qu'Axel Gallen finnise son nom en Akseli Gallen-Kallela. La même année, il peint la seconde version du tableau Ad Astra (Aux Astres) dont le symbolisme ramène au Kalevala puisque la femme qui porte des stigmates dans les paumes semble être Aino.

Ad Astra. Huile sur toile, 1907.


En 1908, il se rend à Budapest pour une grande exposition qui est consacrée à son œuvre. L'année suivante, le peintre et sa famille s'installe à Nairobi au Kenya. Ils y restent jusqu'en 1911. Durant ce séjour, Gallen-Kallela va changer totalement de manière et adopter un style expressionniste proche des Fauves en n'utilisant que de l'huile. Il va aussi acheter beaucoup d'objets originaires d'Afrique de l'Est.

Femmes au bain. Huile sur toile, 1909.


Feu de savane à Ukamba. Huile sur carton, 1909.


Afrique de l'Est Britannique. Huile sur toile, 1910.


Au bout de deux ans, le peintre se rend compte que l'Afrique ne le satisfait pas et que sa seule source réelle d'inspiration est la Finlande et ses paysages. Entre 1911 et 1913, il se fait construire une maison et un atelier baptisé Tarvaspää à Espoo dans la région d'Helsinki.

La maison Tarvaspää de Gallen-Kallela à Espoo.








L'atelier de Gallen-Kallela à Espoo.



En 1918 débute la Guerre Civile Finlandaise qui succède à la déclaration d'indépendance. Gallen-Kallela et son fils s'engage  au côté du Maréchal Mannerheim (1867-1951). Le peintre devient aide de camp de Mannerheim. Après la victoire de ce dernier, c'est Gallen-Kallela qui dessinera les uniformes de l'armée finlandaise.

Ivan Répine. Portrait d'Akseli Gallen-Kallela
Huile sur toile, 1920.


Entre 1923 et 1926, le peintre est au Etats-Unis où une importante exposition de ses œuvres se déplace dans plusieurs villes. Il en profite pour étudier l'art des indiens du Nouveau-Mexique. Il utilisera certains des motifs décoratifs qu'il a observé dans son derniers projet le Suur-Kalevala (le Grand Kalevala), une version entièrement illustrée de l'épopée de Lönnrot. Il commence en 1925 et à sa mort en 1931, le projet sera inachevé.

Quelques feuillets du Grand Kalevala, 1925-1931.





Il peint ses derniers tableaux. En 1928, on lui commande des fresques pour le Musée National Finlandais qui a été construit par Eliel Saarinen (1873-1950) entre 1902 et 1911 dans le Style Nationale Romantique (bien lourd quoi !). Il reprend des thèmes du Kalevala qu'il a déjà traité bien des années auparavant.

Le Bateau du Désespoir. Huile sur toile, 1924.


Eliel Saarinen. Musée National Finlandais, 1902-1911.


Fresques du Musée National Finlandais, 1928.


En 1931, il est invité à Copenhague pour une rencontre avec des artistes. Au retour, il est victime d'une pneumonie. Il meurt à Stockholm. Son corps repose à Helsinki.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire